25, 26 et 27 et 28 Mai 1995

Randonnée dans les Gorges de l'Ardèche :


Après avoir descendu les gorges de l'Ardèche avec nos camarades touristes, l'autocar nous dépose à St.Martin d'Ardèche.

Il est déjà 12 heures et nous avons une vingtaine de kilomètres à parcourir pour rejoindre par le GR4 Labastide-de-Virac, ou le car viendra nous récupérer.
Nous atteignons très rapidement le pittoresque village d'Aiguès, qui se confond presque avec les rochers, les balises sont proscrites dans la localité, il nous faut donc chercher la suite du sentier, celui-ci étant rapidement trouvé c'est le véritable départ.
Chantal se charge de mener le train à l'avant un train soutenu car il faut éviter les arrêt trop fréquents si nous voulons être à 18 heures au premier village. Le trajet indique 6.h,30 de marche auquel il faut ajouter le temps du pique-nique qui sera limité aujourd'hui à 1.heure. La pause aura lieu à 14.h,00 lorsque nous aurons rejoint la maison forestière située à environ un tiers du parcours. Le repas vite terminé c'est à nouveau le départ, toujours au pas de course, malheur à celui qui s'arrête quelques instants, ayant marqué une pose pour prendre de l'eau à une source, j'ai du parcourir parcourir plusieurs kilomètres pour recoller au groupe.


Nous marquerons tout de même une petite pose pour admirer depuis un belvédère un vaste méandre de l'Ardèche ou coulent à quelques centaines de mètres au dessous de nous, les points multicolores des canoës.

Il est 18 heures lorsque nous arrivons à Labastide-de-Virac ou nous pouvons nous installer à la terrasse ombragée d'un café pour nous y rafraîchir en attendant l'arrivée du car.
En fait il nous restait encore 7.km. de sentier pour rejoindre l'autocar, mais 27.km. dans l'après-midi, c'était beaucoup, j'ai donc arrêté un véhicule transportant des canoës afin qu'il prenne à son bord une de nos camarades pour aller chercher le car, l'équipe a accepté, je les remercie, ils nous ont fait gagner un temps précieux.




Deux randonneuses égarées passent et repassent, je leur demande si elles ont un problème, comme elles doivent se rendre à Vallon-Pont-d'Arc qui se trouve sur notre passage, je leur propose de les déposer, elles acceptent avec joie, et bien que nous soyons à plusieurs centaines de kilomètres de Toulouse, elles sont également de notre ville.


Certains, risquent d'imaginer que j'ai accompli ce geste pour deux sympathiques randonneuses, ce n'est pas tout à fait exact, il y a peu de temps, pour Pâques, voyant un couple sur la route je me suis arrêté pour leur demander s'ils allaient loin, il leur restait encore quinze kilomètres à parcourir et je les ai pris à mon bord, ils avaient l'air sympathiques et étaient épuisés. C'est cela la solidarité entre randonneurs !
Je tiens à remercier tout particulièrement Andrée et Chantal qui ont guidé les groupes au cours de ce séjour, mais également tous les participant pour leur discipline et dynamisme. Je dois féliciter Carmen qui venant en randonnée pour la première fois s'est montrée digne du niveau 1, je souhaite que tous les séjours à venir se passent dans la même bonne humeur.

Denis SARDA